Découvrez le savoir-faire ancestral de notre famille de producteurs récoltants, qui a su être préservé et traverser les générations pour proposer des vins rouges et des vins blancs de qualité.

MADIRAN

Après les attaques du phylloxéra à la fin de du XIXème siècle, le vignoble de madiran avait presque disparu. Son renouveau depuis 1950 est spectaculaire, passant de 40 ha à 1500 ha. Les vignes sont implantées sur des collines successives dont les sols sont particulièrement variés, allant de boulbènes limoneuses en bas des pentes jusqu’aux galets en haut des collines et aux sols argilo-calcaires qui donnent les vins les plus complexes. Le Tannat est le cépage emblématique du Madiran. C’est lui qui donne toute la puissance et la structure au vin. Il est complété par du Cabernet Sauvignon et du Cabernet Franc. Les meilleurs madirans sont réellement de beaux vins, dotés d’une belle personnalité.

PACHERENC

Madiran et Pacherenc du Vic-Bilh partagent la même aire d'appellation. Le Madiran est rouge alors que le Pacherenc est blanc. Son nom vient du béarnais "pachets en renc" (piquets en rang) et "Vic-Bilh" est le nom de la partie occidentale de la zone (vieux pays). Les blancs peuvent être secs, frais et parfumés, ou bien moelleux, obtenus par passerillage, avec une personnalité bien marquée. Le petit et gros manseng ainsi que l’arrufiac sont les cépages utilisés. Les mansengs sont très fruités tandis que l’arrufiac complète la palette avec des notes plus minérales.

LA VINIFICATION

Les vendanges se déroulent pendant l’été indien qui caractérise très souvent notre région. La luminosité ainsi que la force des rayons du soleil de Septembre se révèlent particulièrement propices. Les raisins rouges sont égrappés, foulés et fermentés entre 25 et 31°C avec des remontages importants. Les macérations durent de 18 à 21 jours et les malolactiques se font dans la foulée. Tout est vinifié en cépages, sols et parcelles séparés pour mieux affiner les assemblages. Les vins sont alors élevés en fûts de chêne 18 mois en moyenne, soutirés et ouillés régulièrement. Les cuvées génériques ne voient elles que la cuve mais subissent une oxygénation ménagée par micro oxygénation.